Pages

vendredi 25 janvier 2008

Fini le domain tasting !

Fini le domain tasting !

[MàJ - 30 janvier 2008] L'ICANN réagit enfin...

Je vous ai souvent parlé du domain tasting sur ce blog. D'abord parce que tout ce qui touche aux noms de domaine me passionne, et ensuite pour tenter d'expliquer une pratique et l'ampleur du bidonnage...

Or encore une fois, alors qu'on s'attendrait à une réponse "institutionnelle" pour conjurer le phénomène, une solution définitive pourrait bien nous venir du privé, et de Google en l'occurrence, comme nous le dévoile Techcrunch.


Comme on peut le voir sur le graphique, la flèche rouge en bas à gauche indique à quelle étape du cycle de vie d'un nom de domaine intervient le processus, qui consiste :
à enregistrer des domaines, à les tester pour voir leur potentiel en navigation directe (tasting), à les monétiser s'ils valent la peine (kiting) et à les rendre de nouveau disponibles à l'enregistrement dans le cas contraire. Sans rien payer, bien sûr, dès lors qu'ils sont restitués durant les cinq premiers jours...
Ces 5 jours correspondent à la "période de grâce" (Add Grace Period, AGP pour les intimes), et c'est l'un des deux piliers sur lesquels s'appuie le "domain tasting" ; l'autre étant les Adsense, puisque c'est grâce aux revenus Adsense générés durant ces 5 jours que les spéculateurs peuvent estimer si un domaine sera rentable ou non. En fait, comme pour un parking normal, il suffit que les revenus publicitaires dépassent le coût d'enregistrement pour qu'un domaine soit rentable.

Donc vu que l'ICANN n'intervient pas pour supprimer l'ADP, seule solution envisagée jusqu'à présent pour stopper l'arnaque (probablement la plus importante après le typosquatting, dont les enjeux financiers sont énormes), c'est Google qui pourrait s'en charger en mettant fin à l'une de ses grosses incohérences.

Comme le souligne Jay Westerdal :
Je pense que c'est un retour à la devise “Être bon” qu'avait Google il y a quelques années, après avoir tranquillement permis cette pratique pendant tout ce temps.

I think this is a return of the “Be Good” motto Google had a few years ago. Google has been quietly enabling this practice for years now.
Car en effet, Google n'a pas attendu la concurrence pour dégager de gros bénéfices avec le parking des noms de domaines...

En attendant, des alternatives au parking traditionnel tentent de voir le jour. D'autres devraient suivre dans le courant de l'année.

Les bidonneurs seront contents ! Pour autant, cette décision pourrait bien relancer le concept de longue traîne des noms de domaine, nous verrons...


Partager sur Facebook

, , , , , , ,

jeudi 24 janvier 2008

Les ambitions du rapport Attali

Les ambitions du rapport Attali

Tout le monde en a entendu parler : Jacques Attali a remis cette semaine au Président de la République son rapport pour la libération de la croissance française, organisé autour de huit ambitions pour la France :
  1. Préparer la jeunesse à l’économie du savoir et de la prise de risque ;
  2. Participer pleinement à la croissance mondiale et devenir champion de la nouvelle croissance ;
  3. Améliorer la compétitivité des entreprises françaises, en particulier des PME ;
  4. Construire une société de plein-emploi ;
  5. Supprimer les rentes, réduire les privilèges et favoriser les mobilités ;
  6. Créer de nouvelles sécurités à la mesure des instabilités croissantes ;
  7. Instaurer une nouvelle gouvernance au service de la croissance ;
  8. Ne pas mettre le niveau de vie d’aujourd’hui à la charge des générations futures.
Ces 8 grandes ambitions regroupent 20 décisions fondamentales encadrant 316 mesures, dont la mise en œuvre à partir d’avril 2008 devraient permettre, si l’environnement économique international ne se dégrade pas, d’atteindre les objectifs suivants à la fin 2012 :
  • Une croissance potentielle de 1 point plus élevée qu’aujourd’hui ;
  • Un taux de chômage ramené de 7,9 % à 5 %, c’est-à-dire le plein-emploi ;
  • Plus de 2 millions de logements construits et au moins autant de rénovés ;
  • Le chômage des jeunes divisé par trois ;
  • Le nombre de Français sous le seuil de pauvreté ramené de 7 à 3 millions ;
  • Plus de 10 % des élus à la prochaine Assemblée nationale issus de la diversité ;
  • L’écart de l’espérance de vie entre les plus favorisés et les plus défavorisés sera réduit de un an ;
  • Plus de 10 000 entreprises créées dans les quartiers et les banlieues ;
  • Un senior sur deux au travail au moment de prendre la retraite, au lieu de un sur trois aujourd’hui ;
  • Un taux d’encadrement dans le premier cycle de l’enseignement supérieur identique à celui des classes préparatoires ;
  • 100% des Français ayant accès à l’ADSL et à la large bande, et 75 % des Français devenus utilisateurs réguliers d’Internet ;
  • Une dette publique réduite à 55 % du PIB ;
  • Une fréquentation touristique atteignant plus de 90 millions de visiteurs annuels.
À noter que, selon Attali, 1 point de PIB en plus, cela peut signifier chaque année par exemple, tout à la fois, 500 euros de pouvoir d’achat en plus par ménage, 150 000 créations d’emplois supplémentaires, 90 000 logements sociaux de plus, 20 000 enfants handicapés scolarisés, 20 000 places d’hébergement d’urgence créées en plus pour les sans-abri, la généralisation du Revenu de solidarité 300 décisions pour changer la France active pour les allocataires du Revenu minimum d’insertion, une augmentation de moitié des moyens de la recherche sur la santé et les biotechnologies, le doublement de notre aide au développement, et 4 000 euros de dette publique en moins pour chaque citoyen, le tout sans alourdir les impôts ni aggraver le déficit.

Enfin, j'ai mis en évidence la condition préalable si l’environnement économique international ne se dégrade pas, car il est évident que pendant ce temps, l'économie mondiale galope :
Plus de 100 pays dans le monde ont aujourd’hui un taux de croissance de leur Produit intérieur brut (PIB) supérieur à 5 %. L’Afrique elle-même, comme l’Amérique latine, croissent à plus de 5 % par an. La Chine connaît des taux supérieurs à 10 % depuis plusieurs années, l’Inde la talonne, à près de 9 %, l’économie russe se rétablit avec 7 % de croissance, la Turquie affiche des taux de 11 % et ouvre à nos portes un immense marché où les deux tiers de la population ont moins de 25 ans.
Oui, décidément, les temps changent...

Rendez-vous en 2012, donc. Car s'il est vrai que la politique doit se juger aux actes et non aux beaux discours, 2012 ce sera aussi la fin du mandat de Nicolas Sarkozy. L'heure du bilan...


Partager sur Facebook

P.S. Pour une analyse en profondeur...

, , , , , ,

mardi 22 janvier 2008

La croissance de Facebook stagne et ... régresse !

La croissance de Facebook stagne et ... régresse !

Pour la première fois peut-être depuis le début de son histoire, la croissance de Facebook régresse !


Depuis les premières statistiques détaillées que je vous ai fournies, le 20 octobre dernier, Facebook est passé de 42 047 520 à 55 862 540 membres, soit un gain de 13 815 020 utilisateurs en 3 mois, ou, pour être plus précis, une moyenne proche de 150 000 nouveaux adhérents par jour.

Oui mais voilà, depuis le début de l'année, Facebook perd des utilisateurs !

Je prends assez régulièrement le pouls de la situation, même si je n'en fais pas un billet à chaque fois, car ce serait plutôt ennuyeux. Or selon les deux premiers relevés de l'année, après un gain de 32 140 nouveaux entrants entre le 5 janvier et le 10, soit une stagnation relative par rapport à la hausse exponentielle de 2007, le solde entre les partants et les arrivants est aujourd'hui négatif, avec une perte de 27 660 utilisateurs sur les 12 derniers jours, soit 2 305 en moins quotidiennement.

Donc si l'on compare les moyennes journalières de 2007 vs. 2008, ça nous donne + 150 000 vs. - 2 305, c'est quand même une perte significative ! Avec une baisse des chiffres dans 24 pays sur 47 (+50%, en gras sur le tableau) et un solde égal dans trois autres.

Est-ce un signe, un tournant ? Sûrement. Je ne pense pas pour autant que ce soit négatif pour la société de Zuckerberg, qui vient d'être reconnue vainqueur toutes catégories par la communauté geek, mais ça correspond plutôt à un mûrissement des utilisateurs, de moins en moins disposés à suivre le hype au fur et à mesure qu'ils portent un regard de plus en plus critique sur le site.

Et je suis certain qu'avec la localisation de la plateforme et le partenariat de Facebook dans la téléphonie, Zuckerberg nous réserve encore bien des surprises...

J'aurai l'occasion d'y revenir. Qu'en pensez-vous ?


Partager sur Facebook

, , , , , ,

samedi 19 janvier 2008

La communication de Netvibes

La communication de Netvibes

Le premier billet que j'ai écrit sur la société de Tariq Krim s'intitulait Netvibes en manque de communication (de crise). Je n'ai jamais été convaincu par la communication de cette société.

Durant les échanges que j'ai eus avec Tariq Krim après la publication de mon billet, comme je lui faisais part de mes perplexités, il m'a répondu : « vous n'allez pas m'apprendre en plus la communication quand même ? ».

Loin de moi cette prétention, je n'en ai ni le désir ni les compétences. Mais je m'interroge. Et la publication de mon dernier billet sur le partenariat Netvibes - Sohu - Maxthon ne m'aide pas vraiment à éclaircir les choses !

Car enfin, examinons de plus près la situation. Voilà une société réputée dans le monde entier qui vient de passer un partenariat avec l'un des portails chinois les plus connus, qui pourrait bien devenir "le" sponsor officiel des Jeux Olympiques de Pékin, un marché de plus de 200 millions d'internautes, 50 millions de blogs, une vitrine planétaire, une occasion dont rêve n'importe quelle boîte sur le Web, etc.

Or ils sortent un communiqué de presse conjoint il y a ... 5 jours (le CP date du 14, nous sommes le 19, un lustre sur Internet) et PERSONNE n'en parle. Je dis bien personne, ni sur le Web francophone ni - plus grave encore, voire incompréhensible - outre-Atlantique ! Personne. Sauf Adscriptor (et Netviber :-). Mais vu mon audience plutôt confidentielle, ça fait un peu léger, vous trouvez pas ?

Seul le CP tourne un peu. La même info en boucle, sans aucune analyse, juste un de plus dans un océan de communiqués. On n'oserait conseiller un communiqué spécial médias, accompagné d'un petit buzz des familles (je prends le Chauffeur comme exemple juste pour illustrer le concept), d'un événementiel, que sais-je ? Mais quelque chose, merde ! Pourquoi ce silence. Pas même un billet sur le blog de Netvibes ! Perso, je trouve ça nul.

Vous imaginez le bordel si Facebook avait passé un tel partenariat !? Sous toutes les latitudes, articles, journaux, télévision, blogosphère, et tout le tremblement. Mais comme c'est Netvibes, rien ! Silence radio, pas un mot. Sauf Netviber et Adscriptor. Tiens, je nous félicite tout seul. Mais comme disait Coluche - paix à son âme -, c'est pas ça qui va faire avancer le schmilblic...

Non, décidément, on ne m'enlèvera pas de l'idée que la communication de Netvibes est mauvaise. Ou mal adaptée, insuffisante, comme vous préférez. En tout cas, qu'elle n'est pas à la hauteur d'une société ayant un tel potentiel, une telle envergure, une telle ambition !

Et si un professionnel de la com veut bien me donner son avis, je suis preneur. Parce que là, je sèche !

Espérons au moins qu'ils puissent gagner les Crunchies, vu que Netvibes est deux fois lauréat comme meilleur design / meilleure interface utilisateurs, et meilleure start-up internationale.

Heureusement qu'ils étaient pas nommés dans la catégorie Best use of viral marketing, ils auraient été sûrs de paumer (d'autres ont peut-être un avis opposé).

[MàJ - 6h du matin] Bon, et bien Netvibes a gagné son crunchy 2007 comme meilleure start-up internationale. Le prix a été retiré par Freddy Mini, qui en a profité pour annoncer la mise en ligne des dernières nouveautés mardi prochain.


Au final, avec toutes ces actus mirobolantes, espérons qu'on en entendra parler !


Partager sur Facebook

Disclaimer : qu'on me croie ou pas, j'ai toujours eu de l'admiration pour Netvibes et l'aventure de Tariq Krim. Qui aime bien châtie bien...

, , , , , , , , , ,

jeudi 17 janvier 2008

Partenariat Netvibes - Sohu - Maxthon

Partenariat Netvibes - Sohu - Maxthon

Je viens de découvir un communiqué de presse (traditionnel :-) qui date de deux jours, annonçant un partenariat entre :
  1. Netvibes, à peine récompensé et déjà candidat aux Crunchies...
  2. Sohu, le portail internet chinois déjà sponsor des Jeux Olympiques de Pékin 2008 (qui se dérouleront du 8 au 24 août prochains), et
  3. Maxthon, navigateur Web, déjà fortement présent en Chine (avec Google comme investisseur) !
Vous en aviez entendu parler, vous ?

Bravo Tariq Krim ! Voilà qui devrait propulser Netvibes, vu la vitrine unique que vont lui offrir les JO dans ... 204 jours !


L'objectif annoncé est de promouvoir la mondialisation des Universal Widgets de Netvibes (voir ici), une application qui permet la portabilité entre les widgets développés pour Netvibes et Google IG, Apple Dashboard, etc. : write once, run everywhere. L'écosystème Universal + Social Widgets se met en place...


Comme le souligne justement Karim dans le CP :
Les universal widgets de Netvibes sont universels dans tous les sens du terme, puisqu'ils sont à la fois compatibles avec les plus grandes plateformes du Web et accessibles aux développeurs et utilisateurs partout dans le monde.

Netvibes universal widgets are universal in every sense of the word, by being both compatible with the web’s largest widget platforms and accessible to developers and consumers all over the world.
Sincères félicitations. WidgUp Netvibes !



Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , ,, , ,

mercredi 16 janvier 2008

Liens Adscriptor - Trois discours

Liens Adscriptor - Trois discours

Commençons par le discours en français, celui de Loïc Le Meur en 1 note, qui est la base de son intervention au SES Paris. J'approfondirai une autre fois, car ça mérite.

Voici maintenant deux discours tenus en anglais :

1. La présentation d'hier de Steve Jobs en 60 secondes, ce qui s'appelle aller droit à l'essentiel (via Jason Calacanis) !



2. L'interview de Mark Zuckerberg en 60 minutes (résumé et retranscription)...



Avec les éclairages de Kara Swisher et Charlene Li pour celles et ceux qui souhaiteraient approfondir.


Partager sur Facebook

, , , , , , ,

Facebook va-t-il racheter StudiVZ ?

Facebook va-t-il racheter StudiVZ ?

[MàJ - 8 août 2008] Il semble bien que la prévision était exacte, même si ça pourrait se terminer autrement que prévu...

Le scoop a semble-t-il été sorti par Techcrunch, très actif hier : les frères Samwer, cloneurs en série, vont investir dans Facebook, comme le rapporte Der Spiegel.

Le montant n'est pas dévoilé, mais d'après les infos que j'ai pu récupérer ici et, surtout, , mon intuition est que cet "investissement" ne fait qu'anticiper un partenariat stratégique plus ambitieux.

Plantons le décor. StudiVZ est un annuaire virtuel étudiant, un ersatz de Facebook créé par Michael Brehm, Dennis Bemman et Ehssan Dariani, un ancien de ... Facebook, qu'ont aidé à financer les frères Marc, Oliver et Alexander Samwer (respectivement 35, 33 et 31 ans), avant de le revendre à Georg von Holtzbrinck GmbH, en janvier 2007, pour 100 millions d’euros.


Donc mon premier indice est la déclaration des frères Samwer rapportée par Reuters :
Nous allons épauler l'extension de Facebook en Europe (We are going to support the expansion of Facebook in Europe)...
Vous allez dire qu'il m'en faut peu, mais je pense que ces mots vont au-delà d'une prise de participation minime (peut-être autour de 1%, puisqu'ils déclarent un investissement moindre que celui de Microsoft) (ou beaucoup moins...), ce que semblent confirmer certains commentaires au billet de Techcrunch.

Et de fait, jusqu'à présent, la pénétration de Facebook en Allemagne n'a pas brillé par son dynamisme, où le positionnement de StudiVZ est bien plus important.

Autre élément important à mes yeux, StudiVZ est déjà localisé avec une version française, italienne, polonaise et espagnole.


Donc, au moment où Facebook a des velléités de localisation, ça pourrait tomber à pic ! L'opération pouvant avoir un triple avantage :
  1. se débarrasser d'un concurrent ;
  2. pénétrer certains marchés européens plus vite ;
  3. profiter de versions déjà localisées plus facilement adaptables.
En particulier, un commentateur de Techcrunch suggère que Holtzbrinck pourrait aussi avoir intérêt à envisager la possibilité d'un rachat :
D'abord, les frères Samwer vendent StudiVZ à Holtzbrinck (...), puis FB le rachète à Holtzbrinck pour se positionner fortement sur le marché allemand. Les frères Samwer ont la réputation et les bonnes relations pour être tout à fait capables de réaliser un tel montage.

First the Samwers sold StudiVZ to Holtzbrinck for 100 mil. (...), then FB buys from Holtzbrinck to get a stronghold in the German market. Samwers have the connections and the reputation to mount such a remarkable deal.
Car si StudiVZ est un succès de fréquentation, les critiques sont nombreuses, voire embarrassantes, et la qualité de la plateforme Facebook infiniment supérieure...

Je vous dis que Facebook va nous réserver plein de surprises cette année. Les frères Samwer semblent d'ailleurs du même avis :
Nous pensons que Facebook est, après Google, l'entreprise la plus innovante qui a vu le jour ces dernières années. Nous croyons que le phénomène Facebook sera au Web ce que Windows fut au desktop...

We think Facebook is, after Google, the most innovative company to have emerged in the last few years. We think it will be the phenomenon for the Internet that Windows was for the desktop.
Les grands esprits se rencontrent, non ? Dommage que mon portefeuille soit juste un peu plus léger que le leur... ;-)


Partager sur Facebook

Lien connexe : une interview d'Oliver Samwer par Loïc Le Meur, réalisée l'an dernier à Davos.

, , , , , ,

mardi 15 janvier 2008

Modèles de communiqué de presse pour les médias sociaux

Modèles de communiqué de presse pour les médias sociaux

Dans le droit sillage des techniques d'optimisation pour les médias sociaux, Todd S. Defren vient d'annoncer la parution prochaine d'une version 2.0 de son célèbre Social Media Press Release (ou SMPR), un modèle de communiqué de presse pour les médias sociaux.


Il en profite donc pour demander à ses lecteurs ce qu'ils modifieraient s'ils devaient changer un détail au modèle. Et vous ?

Pour voir des communiqués rédigés/réalisés selon ce modèle, je vous conseille celui de Shift.com, sa société, et de consulter quelques-uns de ceux qu'il cite en exemple. Parmi les plus originaux, à mon avis : Coca-Cola (futuriste), Ford Focus (technologique), Symantec (sobre)...

Par la suite, une version du modèle revue par Webitpr a été mise en ligne sous l'appellation de Social Media News Release (ou SMNR), dont voici une explication avec le son et l'image, ce qui facilite parfois la compréhension (bien que ce soit en anglais).



Je vous tiendrai au courant dès que la SMPR 2.0 sera disponible, mais je vous aurais prévenu : le Web 2008 sera un grand cru...

Sans compter que, si ça continue, vos CP ne seront plus disponibles uniquement sur Internet, mais également sur les mobiles, et des mobiles à la télé, ou inversement, il n'y a qu'un pas, qui risque d'être vite franchi. La télé Google, bien sûr !


Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , ,

lundi 14 janvier 2008

Network Solutions et front running

Network Solutions et le front running

Qu'est-ce que le front running ?

Créée en 1979, Network Solutions est l'ancêtre des Registrars. Après le début d'Internet au public, le nommage fut assuré dès 1992 par l'InterNIC (Internet Network Information Center), émanation du Département du Commerce américain (DoC U.S.).

Le nommage consiste à associer un nom de domaine à une adresse IP, tous les noms étant gérés par le DNS, qui traduit les noms en adresses IP et vice-versa. Or les coûts d'enregistrement et de gestion de la base de données ne cessant d'augmenter, le gouvernement américain décida d'en "privatiser" la gestion et signa le 31/12/1992 un accord de coopération avec Network Solutions, par le biais de la National Science Foundation.
This agreement is entered into between the United States of America, hereinafter called the Government, represented by the National Science Foundation, hereinafter called the Foundation or NSF, and Network Solutions, Incorporated, hereinafter called the Awardee.
Aux termes du contrat, Network Solutions Inc. (NSI) (ou NetSol) perçut près de 6 millions $ pour l'administration de la base centrale avant d'instituer, en septembre 1995, le système payant du droit d'enregistrement que nous connaissons encore aujourd'hui. Le "droit" s'élevait à 50$ par domaine et par an pour les deux premières années. L'accord arrivait à expiration le 30/09/1998.

Le 5 juin 1998, un Livre vert du DoC U.S. prévoyait d'assurer une transition vers une nouvelle gestion du DNS en créant un organisme de droit privé ad hoc, sans but lucratif, qui serait opérationnel dès octobre :
4. Creation of the New Corporation and Management of the DNS. The Green Paper called for the creation of a new private, not-for-profit corporation(17) responsible for coordinating specific DNS functions for the benefit of the Internet as a whole. Under the Green Paper proposal, the U.S. Government(18) would gradually transfer these functions to the new corporation beginning as soon as possible, with the goal of having the new corporation carry out operational responsibility by October 1998.
Ce fut donc la création de l'ICANN, dont la collaboration avec le gouvernement fut sanctionnée par l'accord du 25 novembre 1998.

Entre-temps, le 1er octobre, le contrat entre National Science Foundation et NetSol repassait sous l'autorité du DoC et était prolongé jusqu'au 30 septembre 2000, ce qui faisait de la société l'acteur incontournable de l'enregistrement des noms de domaine dans les extensions .COM, .NET et .ORG., même si la transition prévoyait une ouverture de son quasi-monopole à la concurrence.

De nouveaux accords furent donc signés par NetSol en novembre 1999 avec le DoC et avec l'ICANN, et le 10, un accord tripartite (DoC - ICANN - NSI) prévoyait d'étendre la gestion des registres .COM, .NET et .ORG jusqu'au 9 novrembre 2003, ou jusqu'au 9 novrembre 2007 si la gestion des registres avait été scindée de la société avant le 9 mai 2001.

Or NetSol fut rachetée 21 milliards $ par VeriSign le 7 mars 2000 (voir également cet article), qui prit ainsi le contrôle du registre des TLD (y compris .EDU), pour ne conserver ensuite que les 2 plus lucratifs (.COM et .NET) et déléguer la gestion du .ORG à PIR (Public Interest Registry, émanation de l'ISOC).

Fin octobre 2003, lorsque VeriSign "brada" Network Solutions pour 100 millions de dollars, en fait elle ne revendit qu'une coquille vide en conservant ses trésors de guerre : les .COM et .NET.

L'acquéreur fut d'ailleurs très content de son emplette (payée à hauteur de 20 millions en cash et de 80 millions d'adossement de dettes), puisqu'en mai 2007 il réussit à revendre NetSol à General Atlantic LLC pour environ 800 millions $...

Ainsi, après avoir été l'une des entreprises les plus prometteuses de l'industrie des noms de domaine, NetSol continue de vivoter avec l'enregistrement, accompagnée d'une réputation exécrable de cherté (mais pas seulement...) et d'un service client totalement inefficace. Il n'en reste pas moins que NetSol est encore le 3ème bureau d'enregistrement au niveau mondial, quand bien même en constante perte de vitesse !


C'est donc probablement pour tenter de redorer son blason que la société se lance maintenant dans le front running... [Début]

Qu'est-ce que le Front running ?

Après le domain-tasting et le domain-kiting, revoici le front running, késako ?

En clair, lorsque vous cherchez à enregistrer un nom, vous le soumettez sur le site du registreur pour voir s'il est libre. Si le nom est disponible, soit vous le réservez de suite, soit vous vous promettez de faire la réservation plus tard. C'est là où intervient le front runner, qui profite que vous n'ayez pas procédé à l'enregistrement immédiat pour vous piquer le nom.

Or là où NetSol fait très fort, c'est qu'ils se défendent de faire du front running en justifiant leur action par un argument choc : c'est une mesure défensive (sic) pour protéger nos clients contre les front runners ! Extrait :
I’d like to clarify what we are doing. In response to customer concerns about Domain Name Front Running (...), we have implemented a security measure to protect our customers.

(...)

This protection measure provides our customers the opportunity to register domains they have previously searched without the fear that the name will be already taken through Front Running.
Et de vous reproposer le nom que vous vouliez enregistrer mais qu'ils ont pris entre-temps à 35$, soit 25$ de plus que chez Godaddy, par exemple. Même si certaines coïncidences...

Selon Stephan, de chez Gandi, le fait que NetSol ait été pris la main dans le sac est « une bonne nouvelle pour toutes les personnes qui combattent certaines pratiques hélas largement répandues » ; je n'en suis pas si certain que lui, car même si maintenant on est sûr que ça existe, apparemment l'ICANN en est encore au tout début de sa consultation sur le DNFR (Domain Name Front Running) !


En reconnaissant explicitement que certaines méthodes sont hors du champ de ses compétences (Some monitoring methods are outside ICANN’s influence). Et, de fait, peut-on dire que le front running rentre dans le cadre de la gouvernance d'Internet ? Mais après tout, c'est toujours de noms de domaine dont il est question...

Le document du SSAC (Security and Stability Advisory Committee) est ici. Voir également la position du Registre britannique Nominet (Internet registry for .uk domain names) sur le sujet.

Un sujet à suivre... [Début]


Partager sur Facebook

, , , , , , ,

vendredi 11 janvier 2008

Gomorra

Gomorra, c'est le nom italien de Gomorrhe, ville maudite de biblique mémoire. Gomorra, c'est aussi une assonance avec camorra, la mafia napolitaine. Gomorra, c'est le titre du livre de Roberto Saviano qui décrit le délire de puissance des clans exerçant une emprise de fer, quasi absolue, sur la Campanie. Le seul livre que j'aie jamais lu à ce jour qui commence par une malédiction en guise de dédicace : A S. Maledizione. La Campanie, c'est la région italienne du Centre-Sud qui regroupe 5 Provinces : Avellino, Benevento, Caserta, Naples et Salerno. Ma femme est campane, née à Cava de' Tirreni, située à 45 km au sud de Naples, à 7 km de Salerno et à 3 km de la Costiera, plus connue en France sous la dénomination de Cote Amalfitaine. Donc la Campanie est aussi ma terre d'élection, celle où je passe les fêtes, de Noël et du premier de l'An (j'en suis revenu il y a tout juste une semaine), de Pâques, une partie des vacances d'été, etc. Mon fils y a ses cousins, dont deux qui vivent à Pagani, un peu au nord de Cava en remontant vers Pompéi et Naples. Le jour où mon beau-frère a annoncé à mon beau-père qu'il allait vivre à Pagani, mon beau-père en a pleuré. Des larmes de peine et de douleur. Ça me rappelle un dicton mafieux, terrible : "chi non paga col sangue, paga con le lacrime", ceux qui ne paient pas de leur sang, paient de leurs larmes. Mon beau-père était policier. Il appelait Pagani le Far-West... Pace all'anima sua. Plus de 40 ans de bons et loyaux services. Un homme intègre, bon, qui m'a donné les deux plus belles poignées de main que j'ai jamais reçues d'un homme. Sa fille et moi nous sommes mariés à Cava le 18 juillet 1998, juste 2 mois après les terribles coulées de boue qui ont dévasté Sarno, à quelques km de Cava, nul n'avait jamais vu ça en Italie, des familles entières décimées, certains y ont perdu leurs parents par dizaines. Saviano en parle dans son livre, notamment des milliards de subventions qui ont coulé à flots après, vite engloutis par la camorra. Une terre qui me colle au corps et à l'âme, une terre qui est mienne autant que le fut la France durant les 25 premières années de mon existence. Dont la langue et la culture m'habitent profondément depuis 25 ans, puisque je ne parle plus français dans ma vie de tous les jours depuis septembre 1982, même mon fils ignore ma langue ! Une terre actuellement secouée par un séisme qui n'a rien de naturel, un séisme causé par l'homme. Par le Système camorriste et la politique affairiste et sans scrupule. Dont la puanteur et les exhalaisons méphitiques ont franchi les frontières de la Campanie pour se répandre partout en Europe, et même Outre-Atlantique. Un Système raconté de façon poignante par Saviano dans Gomorra, dont la dernière partie, intitulée Terra dei fuochi, décrit la catastrophe sanitaire induite par le "traitement" des déchets en Campanie. Une catastrophe telle que l'état d'urgence est dépassé depuis longtemps. L'emergenza rifiuti. Car c'est de déchets, dont il est question. D'un Himalaya de déchets :
Se i rifiuti illegali gestiti dai clan fossero accorpati diverrebbero una montagna di 14.600 metri con una base di tre ettari, sarebbe la più grande montagna esistente sulla terra.
Si les déchets illégalement traités par les clans étaient regroupés, ils formeraient une montagne ayant une base de 3 hectares et haute de 14km600, la plus haute montagne de toute la terre. Une montagne de déchets toxiques de toutes sortes et d'ordures ménagères.

Les ordures de Naples

Provenant d'un peu partout en Europe, grâce aux prix imbattables pratiqués par le Système :
Le coût du marché pour éliminer correctement les déchets toxiques impose des prix qui vont de 21 centimes à 62 centimes par kilo. Les clans fournissent le même service à 9 ou 10 centimes le kilo.
Cela se traduit pas des dégâts collatéraux monstrueux, inqualifiables…
Les parrains n'ont eu aucun scrupule à enfouir des déchets empoisonnés dans leurs propres villages, à laisser pourrir les terres qui jouxtent leurs propres villas ou domaines. La vie d'un parrain est courte et le règne d'un clan, menacé par les règlements de compte, les arrestations et la prison à perpétuité, ne peut durer bien longtemps. Saturer un territoire de déchets toxiques, entourer ses villages de collines d'ordures n'est un problème que si l'on envisage le pouvoir comme une responsabilité sociale à long terme. Le temps des affaires ne connaît, lui, que le profit à court terme et aucun frein. L'essentiel du trafic ne connaît qu'une seule direction : nord-sud. Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, dix-huit mille tonnes de déchets provenant de Brescia ont été enfouies entre Naples et Caserte et en quatre ans, un million de tonnes à Santa Maria Capua Vetere. Les déchets traités au nord, dans les usines de Milan, de Pavie et de Pise, sont tous expédiés en Campanie.
Dans son article, Saviano explique parfaitement la collusion tripartite entre camorra, politique et entreprises. J'ai contacté son agent pour traduire son texte, mais je suis arrivé trop tard, il va bientôt être publié sur un quotidien français. Je mettrai le lien dès que je le trouverai. Et je vous invite vivement à le lire si vous voulez mieux comprendre ce qui se passe sur cette terre martyrisée qui est la mienne. Il commence ainsi :
È un territorio che non esce dalla notte. E che non troverà soluzione.

C'est un territoire qui ne sort pas de la nuit. Un territoire qui ne trouvera pas de solution.
Le gouvernement italien vient de dépêcher un Commissaire extraordinaire pour gérer la situation. Ce n'est jamais que le neuvième en 14 ans...

Si vous voulez en savoir plus, prenez votre courage à deux mains, et lisez Gomorra. Un vrai coup de poing. Car comme l'avoue Jean-Christophe : « On ne sort pas de ce livre révolté, juste totalement écœuré… »


Couverture de l'édition italienne :


Ça commence comme ça :
Le conteneur oscillait tandis que la grue le transportait jusqu'au bateau. Comme s'il flottait dans l'air. Le sprider, le mécanisme qui les reliait, ne parvenait pas à dompter le mouvement. Soudain, les portes mal fermées s'ouvrirent et des dizaines de corps tombèrent. On aurait dit des mannequins. Mais lorsqu'ils heurtaient le sol, les têtes se brisaient bien comme des crânes. Car c'étaient des crânes. Des hommes et des femmes tombaient du conteneur. Quelques adolescents aussi. Morts. Congelés, recroquevillés sur eux-mêmes, les uns sur les autres. Alignés comme des harengs dans une boîte. Les Chinois qui ne meurent jamais, les éternels Chinois qui se transmettent leurs papiers d'identité : voilà où ils finissaient. Ces corps dont les imaginations les plus débridées prétendaient qu'ils étaient cuisinés dans les restaurants, enterrés dans les champs près des usines ou jetés dans le cratère du Vésuve. Ils étaient là et s'échappaient par dizaines du conteneur, leur nom inscrit sur un carton attaché autour du cou par une ficelle. Ils avaient tous mis de côté la somme nécessaire pour se faire enterrer chez eux, en Chine. On retenait une partie de leur salaire, en échange de laquelle, après leur mort, leur voyage de retour était payé. Une place dans un conteneur et un trou dans quelque lopin de terre chinois. Quand le grutier du port m'a raconté cette histoire, il a placé ses mains sur son visage en continuant à me regarder à travers ses doigts écartés, comme si ce masque lui donnait le courage de poursuivre. Il avait vu s'abattre des corps et n'avait même pas eu besoin de donner l'alarme ou d'avertir qui que ce soit. Il avait simplement déposé le conteneur au sol et des dizaines de personnes, sorties de nulle part, avaient remis tous les corps à l'intérieur avant de nettoyer le quai avec un jet d'eau. C'est ainsi que ça se passait. Il n'arrivait toujours pas à y croire, il espérait que c'était une hallucina­tion provoquée par un surcroît d'heures supplémentaires. Il a serré les doigts pour se couvrir complètement le visage et continué à parler en pleurnichant, mais je ne comprenais plus ce qu'il me disait. Tout ce qui a été fabriqué passe par le port de Naples. Il n'est nul produit manufacturé, tissu, morceau de plastique, jouet, marteau, chaussure, tournevis, boulon, jeu vidéo, veste, pantalon, perceuse ou montre qui ne transite par ce port. Le port de Naples, cette blessure. Grande ouverte. Le point final des interminables trajets que parcourent les marchandises. Les bateaux arrivent, s'engagent dans le golfe et s'approchent de la darse comme des petits attirés par les mamelles de leur mère, à ceci près qu'ils ne doivent pas téter mais se faire traire. Le port de Naples est un trou dans la mappemonde d'où sort tout ce qui est fabriqué en Chine ou en Extrême-Orient, comme se plaisent encore à l'écrire les journalistes. Extrême. Lointain. Presque inimaginable. Si l'on ferme les yeux, on voit des kimonos, la barbe de Marco Polo ou le coup de pied latéral de Bruce Lee. En réalité, cet Orient est relié au port de Naples comme aucun autre endroit au monde. Ici, l'Orient n'a rien d'extrême, le très proche Orient, devrait-on dire, le moindre Orient. Tout ce qui est produit en Chine est déversé ici comme un seau d'eau qu'on vide dans le sable et dont le contenu détériore, creuse et pénètre en profondeur. 70 % du volume des exportations de textile chinois transitent par le seul port de Naples, ce qui ne représente pourtant que vingt pour cent de leur valeur. C'est une bizarrerie difficile à comprendre, mais les marchandises ont leur magie, elles peuvent être à un endroit sans y être, arriver sans jamais vraiment arriver, coûter cher au client tout en étant de qualité médiocre, et valoir peu aux yeux de la douane tout en étant précieuses. Car le textile regroupe de nombreuses catégories de biens et il suffit d'un trait de stylo sur le bordereau d'accompagnement pour réduire les frais et la T.V.A. de façon drastique. Dans le silence de ce trou noir qu'est le port, la structure moléculaire des choses semble se décomposer puis se recomposer une fois loin de la côte. Les marchandises doivent quitter très vite le port. Tout se déroule rapidement, au point que les choses disparaissent presque aussitôt. Comme si rien ne s'était passé, comme si tout n'avait été qu'un geste. Un voyage inexistant, un faux accostage, un bateau fantôme, une cargaison évanescente. Comme s'il n'y avait rien eu. Une évaporation. La marchandise doit parvenir entre les mains de l'acheteur sans laisser de trace de son parcours. Elle doit rejoindre son entrepôt, vite, immédiatement, avant que le temps reprenne son cours, le temps nécessaire à un éventuel contrôle. Des quintaux de marchandises qui circulent aussi facilement qu'un pli livré à domicile par le facteur. Dans le port de Naples, avec ses un million trois cent trente-six mille mètres carrés et ses onze kilomètres et demi de longueur, le temps se dilate d'une façon inédite. Ce qui pourrait prendre une heure à l'extérieur semble y durer à peine plus d'une minute. La proverbiale lenteur qui caractérise dans l'imaginaire collectif chaque geste d'un Napolitain est ici démentie, niée, brisée. Les premiers contrôles douaniers surviennent dans un laps de temps que les marchandises chinoises prennent de vitesse. Impitoyablement rapides. Ici, chaque minute semble annihilée, c'est un massacre de minutes, de secondes volées aux formalités, poursuivies par les accélérations des camions, tirées par les grues, emportées par les chariots élévateurs qui vident les entrailles des conteneurs.
Un pavé en pleine gueule.




Partager sur Facebook

P.S. Je pourrais vous en écrire des pages et des pages sur l'Italie, sur la Campanie, et même vous raconter bien plus de choses belles que dégueulasses. Mais ce qui se passe en ce moment et la façon dont l'Italie est perçue en dehors de ses frontières me touchent trop...

, , ,

jeudi 10 janvier 2008

Chauffeur de Buzz : le blogueur extraterrestre

Chauffeur de Buzz : le blogueur extraterrestre

Billet hommage à l'ami Romain, dont l'incroyable succès de fréquentation de son blog vient de lui valoir la signature d'un contrat avec le groupe Lagardère.


Entre parenthèses, je viens d'apprendre via Techcrunch l'explication de son surnom, Otto le chauffeur de buzz, qui fait référence à Otto Bus, le chauffeur du bus scolaire qu'utilisent Bart et Lisa Simpson pour aller à l'école.

Son blog, commencé - tenez-vous bien ! - le 24 octobre 2006, c'est un trafic de plus de 14 millions de pages vues en décembre, soit pratiquement une moyenne de 500 mille/jours (!), avec un pic de 1 889 531 PV le 20/12. Et ça, c'était avant de signer...

Ce même jour, où j'ai publié mes deux derniers billets pour 2007, j'ai eu ... 462 PV, soit une audience 4090 fois inférieure à la sienne ! Autrement dit, à chaque fois qu'Adscriptor a un visiteur, Chauffeur de Buzz en a plus de 4 000 : vous comprenez pourquoi je l'appelle l'extraterrestre de la blogosphère ? Quelques précisions ici.

Félécitations, Romain. Je ne te souhaiterai pas un bon début d'année 2008, il me semble qu'elle a commencé sur les chapeaux de roue, mais plutôt une bonne continuation...


Partager sur Facebook

P.S. Et dire que tu voulais arrêter ton blog...

, , , ,

mercredi 9 janvier 2008

Le Web en 2008

Le Web en 2008

Je rassure de suite les allergiques aux prévisions de toute sorte, en dépit du titre, ce billet n'anticipe aucun des secrets de Mme Soleil pour l'année en cours, mais tente plutôt de dresser un constat de ce qu'est le Web aujourd'hui, selon la perception et la vision que j'en ai.

L'état des lieux
La troisième décennie du Web

* * *

L'état des lieux

Il était une fois ... le Web. Déjà, parler du World Wide Web, ça nous situe dans le temps, à la fin des années 80, début de la décennie 90 (puisqu'il faudrait remonter à 1957 pour Internet, l'année de ma naissance la création de l'ARPA) !

Au terme des dix premières années, la croissance exponentielle du Web a conduit AltaVista, IBM et Compaq à publier, en mai 2000, une étude intitulée Graph structure in the web, analysant 200 millions de pages et 1,5 milliard de liens, où le graphe qui ressort a la forme d'un nœud papillon :


D'où l'apparition de la bow-tie theory, qui classifie les sites de la façon suivante :
* le cœur du réseau : environ 30% des sites les plus interconnectés qui se partagent et où converge un maximum de liens et de trafic ;
* les sites d’origine : environ 20% des sites d’où les internautes sont dirigés vers le cœur du réseau, avec très peu de liens qui pointent en sens inverse ;
* les sites de destination : environ 20% de pages accessibles depuis le cœur mais n’y renvoyant que très peu ;
* les sites déconnectés : environ 30% d’îlots épars n’ayant que peu de liens et générant peu de trafic.
Une topographie d’Internet et un constat qui ont donné lieu, notamment avec le dépôt du PageRank en 1998 par Larry Page (nomen omen...), à l'impérieuse nécessité d'élaborer des stratégies de liens, de trafic, de référencement, de positionnement, d'optimisation, y compris de l'écriture Web, des mots clés, du contenant, du contenu, des flux, mais également pour les moteurs de recherche, puis pour les médias sociaux, avec l'émergence de nouveaux influenceurs et d'une recherche "sociale", au point d'amener Danny Sullivan lui-même à qualifier les médias sociaux de nouveaux moteurs de recherche (voir également ici...), etc.

Or tout cela c'était avant l'arrivée de Facebook, de son graphe social et de sa formidable puissance de frappe marketing et virale, avant la montée en régime de la téléphonie mobile, dont l'usage est destiné à exploser, et surtout avant la notion d'interface sociale, porteuse de gigantesques bouleversements en termes de communication et de ... présence Internet !

Voici donc où nous en sommes : à la veille d'un grand chambardement, annoncé autant par le Web 2.0 que par le Web 3.0, n'en déplaise à tous ceux qui taxent ces déclinaisons successives d'obsolètes. J'ignore par exemple si Twine tiendra toutes ses promesses ou sera à la hauteur de Facebook en termes de révolution des usages, mais ce dont je suis certain, c'est qu'en 2008 le Web est sur le point d'entrer dans sa troisième décennie... [Début]

La troisième décennie du Web

Révolu, donc, le temps où une présence Internet pouvait se limiter à un site Web, pour autant qu'il fût élaboré et connecté, désormais l'heure est à la multiprésence, à la communication multiforme (sites, blogs, microblogging, forums, réseaux, widgets, mobiles, vidéos, événementiel, pub, résultats organiques, etc.), à la multiparticipation active, à la gestion multisupport de son interface sociale, où chacun (entreprise ou particulier) ne se place plus seulement en nœud du réseau, mais en position centrale dans la galaxie Internet :


Ce que David Armano appelle un système social, ou mieux, un écosystème social, au sein duquel, « We are the center of our own micro-universe »...

Donc la rupture avec le passé est évidente :
Hier, le cœur du réseau, c'était « environ 30% des sites les plus interconnectés qui se partageaient et où convergeait un maximum de liens et de trafic » ; aujourd'hui, le cœur du réseau, c'est vous !

Hier j'étais anonyme, aujourd'hui je gère mon identité numérique. Hier j'étais présent sans être visible, aujourd'hui je suis présent ET visible ! Une nuance de taille. Impossible à imaginer hier, réalité aujourd'hui. À nous d'en faire bon usage... [Début]


Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , , ,